Sètz aquí : Acuèlh > Divèrs, eveniments > Analisi deu mercat de l’emplec "occitan” de 2015
emploi
AGENDÀ de l'EMPLEC
emplec
emploi
emploi
Analisi deu mercat de l’emplec "occitan” de 2015
Analisi deu mercat de l'emplec "occitan” de 2015

Despuish 2010, lo “Servici de l’Emplec” que’s fixa l’objectiu de participar a l’integracion de l’occitan a l’economia en facilitar l’intermediacion suu marcat de l’emplec occitan entà favorizar l’encontre de l’auhèrta e de la demanda d’emplec en “occitan”. L’annada 2015 constitueish la cincau annada civiu plea de foncionament deu “Servici de l’Emplec”.

Avant de livrer la synthèse de l’analyse de l’emploi occitan en 2014, il est nécessaire d’en poser les limites. D’une part, bien que le site internet du « Servici de l’emplec » ait été bien pris en main par les employeurs, toutes les offres créées n’ont pas nécessairement été postées sur www.emplec.com. Malgré notre enquête destinée à combler un éventuel manque d’information, nous ne pouvons prétendre à l’exhaustivité au niveau de nos données.
D’autre part, il est un certain nombre de données qu’il serait intéressant de mettre en balance, un certain nombre de questions qu’il faudrait poser, mais auxquelles le « Servici de l’Emplec » n’est pas en mesure de fournir de réponse :
• Quels employeurs ont trouvé un employé grâce au « Servici de l’Emplec » ?
• Combien de temps avant que l’employeur ne recrute la personne idéale ?
• Quel est le profil type du demandeur d’emploi ?
• Quelles offres correspondent à des créations nettes ? quelles offres correspondent à des remplacements ? Combien de destructions d’emplois ?
• Combien d’offres non pourvues ? etc.

Nous pouvons cependant souligner des tendances :

• Un manque relatif de candidats par rapport à l’offre de travail en occitan principalement sur les postes qui demandent une maîtrise courante de l’occitan et une grande technicité (outre de réelles compétences en langue).
Tendance notamment visible au niveau des postes d’instituteurs bilingues de l’Éducation Nationale. Ce sont des postes de qualité en termes de carrière et pour lesquels des places n’ont pu être pourvues via le concours spécifique occitan en 2014.
Il existe donc un fort besoin de formation en occitan (relativement à la taille de notre marché) et un fort besoin de communication liée à ces formations et leurs débouchés.
Ce manque relatif de candidats formés concerne aussi le « secteur stable » du marché de l’emploi « occitan » (voir ci-dessous).

• Une stabilisation du nombre d’emplois créés (en tenant compte de l’évolution de la durée de CUI-CAE).

• Un recours au CDI supérieur à celui du marché général de l’emploi. Cependant cette donnée doit être nuancée dans la mesure où l’on observe un recrutement d’une ampleur exceptionnelle de la part de l’Éducation Nationale, tant au niveau du CRPE que du CAPES.

• Une très forte concentration de l’emploi occitan sur deux secteurs d’activité. L’enseignement et les services à la personne et aux collectivités représentent 91% des postes proposés. Cette concentration décroît légèrement grâce à l’émergence d’un troisième secteur : les médias (7% de l’emploi créé). L’arrivée de ce troisième secteur, atteste d’une entrée de l’occitan dans l’économie qui n’est plus uniquement liée à son apprentissage et donc, d’une place qui bien que très marginalisée tend légèrement à se normaliser.

• Une maîtrise de la langue est requise pour 80% des postes proposés. Cette proportion diminue, nous notons une corrélation avec la montée en puissance des postes en stage et en service civiques, sur des postes non liés à la formation à l’occitan.

• Un recours au temps plein qui augmente fortement : 77% des postes occitans créés (53% en 2013). Cette augmentation particulière est due elle aussi au recrutement exceptionnel de l’Éducation Nationale.

• Une forte disparité géographique favorable aux régions Midi-Pyrénées (presque la moitié des offres), Languedoc, et Aquitaine (l’occitan est donc un avantage pour trouver un emploi, mais qui peut nécessiter une certaine mobilité).

• Un marché de l’emploi dual : en effet l’emploi occitan se caractérise par la cohabitation d’un ensemble d’emplois stables (en CDI et « plutôt » bien rémunérés) et d’un ensemble d’emplois précaires (caractérisés par le temps partiel, une rémunération au SMIC et souvent en CDD).

o Des emplois stables (43%) : les CDI, à temps plein et d’une rémunération supérieure à 1,3 SMIC dès le début de carrière. Ces emplois sont pourvus en large majorité par l’Éducation Nationale. Cette catégorie est en forte augmentation, du fait du recrutement important de l’Éducation Nationale en 2014.
o Des contrats précaires en CDD et souvent caractérisés par de bas salaires et largement touchés par le temps partiel.
o Des offres de quelques heures par semaine (moins de six), bien payées (de type vacation, au moins le double du smic) et qui constituent des compléments d’activité la plupart du temps (>10% des offres).

Enfin, il est à gager que, pour les années à venir, les chiffres que nous pourrons fournir concernant l’emploi en occitan seront de plus en plus justes et précis, à mesure que les employeurs s’approprieront l’outil qu’est le « Servici de l’Emplec ».

En outre, des médias s’intéressent régulièrement au « Servici de l’emplec ». Certaines radios en diffusent ainsi le contenu : Ràdio Lengadòc, Radio Galaxie ou encore France Bleu Toulouse et Radio Pais.

Lo Servici de l'emplec

Instituts d'Estudis Occitan,

Toulouse, le 2 avril 2015. 

 

Documents anèxes